21 octobre 2013

Internet : Chercher c'est bien, trouver c'est mieux !

Sur Internet, comme ailleurs, l’important n’est pas de chercher, mais bien de trouver ou d’arriver à la conclusion qu’il n’y a rien à trouver. Trouver le renseignement que l’on cherche, l’information dont on a besoin est bien le but de toute recherche. Encore faut-il chercher de manière efficace, c’est-à-dire en adoptant une méthode qui donne des résultats fiables, exacts, en un temps raisonnable, sans nous noyer dans une foule de données inutiles.

INTRODUCTION

Le but de ce Flash UCP est d’aider et d’encourager les aînés à se servir du Net, à y chercher des renseignements, à en exploiter toutes les ressources. Toute action de formation répond à un double but, le premier, donner des outils qui servent dans la vie quotidienne et surtout qui servent à rester inséré dans cette vie quotidienne, le second servir de marche-pied à un perfectionnement dans le domaine, à un approfondissement. Internet permet de réintroduire une notion de permanence dans la recherche de l’information que les médias ne permettent pas, toujours centrés qu’ils sont sur l’événement passager : telle grève, telle accident, tel film à voir absolument parce que demain il ne sera plus à l’affiche. Louis Pauwels a écrit, dans son livre « Ce que je crois » : « La culture est ce qui allège le poids de l’actualité. La culture établit des comparaisons. Elle renvoie à des constantes. »

Dans le cas des aînés, savoir mobiliser les ressources de l’Internet s’avère d’autant plus important que la fracture numérique existe bel et bien et qu’un mouvement social des aînés comme l’U.C.P se doit de mettre tout en œuvre pour réduire cette fracture, par des actions de formation permanente.

LA METHODE DE RECHERCHE DEPEND DU TYPE DE RENSEIGNEMENT CHERCHE

Recherche floue ou précise, recherche ponctuelle ou plus large, recherche instantanée, permanente ou semi-permanente.

On peut chercher :
- le prix d’un billet de seconde classe pour Bruxelles en train.
- un numéro de téléphone en Belgique ou à l’étranger.
- des renseignements sur les primes à la rénovation ou à l’isolation dans le cadre de l’Utilisation Rationelle de l’Energie (URE)
- l’horaire des bus des TEC sur la ligne Huy-Namur.
- un gîte ou une chambre d’hôte en Alsace pour la Noël.
- comment se rendre le plus rapidement possible d’un endroit à un autre en autobus.
- des idées de vacances.
- des solutions à un problème informatique.
- à se tenir au courant d’un problème particulier, problématique des fins de carrière, rapports Nord-Sud...

On voit immédiatement que ces recherches ont des caractéristiques différentes, allant du très précis au plus flou, allant du renseignement ponctuel et permanent à la situation évoluant. Les méthodes de recherche en dépendent et ne pas en tenir compte risque de conduire à des pertes de temps importantes.

LA METHODE DE RECHERCHE IMPLIQUE LA CONNAISSANCE DE CE QU’EST L’INTERNET

L’Internet, dit aussi réseau des réseaux, est constitué physiquement d’une énorme quantité d’ordinateurs, répartis sur toute la planète et reliés entre eux soit par câbles, soit par radio. Ces ordinateurs peuvent communiquer entre eux au moyen de « protocoles » (IP = Internet Protocole). Mais Internet est aussi un ensemble de services : le courrier électronique, le chat, les newsgroups, les listes de diffusion et enfin les ensembles de page « web » ou sites. Lorsque l’on parle du Web, on entend, l’ensemble des sites accessibles par différentes méthodes que nous allons voir.

En général, les renseignements que l’on cherche sont contenus soit dans des pages de sites Web ou de blogs, soit dans des bases de données accessibles via ces sites.

Dans le cadre de cette étude sur la recherche efficace sur Internet, nous ne pouvons ignorer les autres moyens de recherche, non directement liés à des sites particuliers mais qui peuvent néanmoins être sources de renseignements

LE COURRIER ELECTRONIQUE

Nous en parlerons peu, car il ne constitue qu’une transposition sur le net du courrier classique. Il est pratiquement instantané et gratuit et peut aussi servir à obtenir des renseignements. Une condition, connaître l’adresse électronique de l’interlocuteur qui peut donner le renseignement. On trouve ces adresses sur les sites concernés, dans les publicités des services recherchés ou dans des annuaires (voir par exemple « Le guide Web « de Dynamisme Wallon)

LE CHAT (prononcez « tchat », c’est de l’anglais) OU BAVARDAGE

Les programmes de « chat » ou de conversation interactive, tels que IRC ( Internet Relay Chat), Messenger, Yahoo-messenger, permettent de bavarder par écrit, voire avec Webcam et micro, avec des correspondants reliés en même temps que vous au net et présents dans un des groupes de discussion ou salon. Cela se fait au prix d’une communication locale. On peut également s’isoler avec un correspondant pour avoir une conversation plus personnelle. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un outil de recherche sur le Net, mais, comme tout échange d’information, le chat peut aider dans une recherche, à condition de trouver le salon thématique répondant à vos critères (photos, expatriation...) Signalons que les discussions générales volent souvent assez bas. Il est aussi possible de « converser » avec une seule personnes via Explorer en tapant talk nom.utilisateur@

LES NEWSGROUPS

On peut via certains programmes comme Agent (payant), Free Agent (gratuit - version bridée du précédent), Explorer et Netscape, aller régulièrement voir ce qu’il y a de nouveau sur un sujet particulier, dans un ou des groupes, dits Newsgroups. En fait, on pointe dans une liste fournie par le programme, à la première consultation, les groupes auxquels on s’intéresse et dès le raccordement suivant, dans la colonne voisine s’affichent les nouveaux messages. En cliquant dessus , on peut les consulter. A noter que les messages ne sont pas perpétuellement consultables, ils sont archivés sur le serveur pour des durées assez longues, mais sont retirés après un certain temps. Les News sont généralement dédicacés à des sujets très spécifiques. Il n’est pas rare sur certains sujets et lorsqu’on n’a pas fréquenté le groupe depuis quelques jours de se retrouver avec une liste de 100 messages, non encore lus. Par contre pas de danger de saturation de sa boite , comme dans les listes de diffusion dont nous parlerons plus loin.

LES FORUMS

Un autre nom pour les « newsgroup » ? En tous cas le même service permettant l’échange et la discussion sur un thème donné. Chaque internaute qui « va » sur un forum a la possibilité de « déposer » des articles ou des questions et de lire ce que les autres en disent. Une légère différence est que les sujets des « forums » sont en général plus larges que ceux des « newsgroups » et qu’un message sur un sujet donné est attaché à toutes les réponses qui le concernent, sous forme de grappe ou d’arborescence. On pourrait dire que le Newsgroup est un cas particulier du Forum, il se trouve sur certains sites web, sur les sites des fournisseurs d’accès ou sur le Usenet, les news se trouvent plus spécifiquement sur des serveurs de news. On pose une question sur un forum, on s’inscrit dans un « newsgroup » et on pose sa question. L’un comme l’autre peuvent avoir des « modérateurs » qui vérifient la cohérence et essayent d’éviter que ne s’installe la pagaille, que les échanges ne s’écartent du sujet ou ne deviennent trop polémiques

Les newsgroup et les forums (ou fora) sont d’excellents moyens de se documenter sur un sujet pointu. N’oubliez pas de préciser toutes les données de votre problème ou de le circonscrire exactement, sous peine de voir s’éterniser l’échanges.

LES LISTES DE DIFFUSION

On peut, via le courrier électronique, s’abonner auprès de serveurs de listes, à des listes concernant des sujets particuliers. Il existe des listes de toutes sortes, sujets, ton des échanges...En fait lorsqu’on s’abonne, ce qui se fait gratuitement, on reçoit dans sa boite des messages sur le sujets choisi, postés par d’autres personnes de la liste. Lorsque l’on répond, le message de réponse que l’on poste, est également diffusé à tous les autres membres de la liste. Sur les listes fréquentées (parfois 2000 ou 3000 membres), les réponses ou informations sont instantanées, il y a toujours bien quelqu’un de raccordé, en train de lire ses messages.

Les listes de diffusion sont un bon moyen de se tenir au courant et de soumettre des questions à des internautes intéressés par le même sujet que vous. Les listes génèrent aussi beaucoup de messages inutile (bruit) et attention lorsque l’on part en vacances à la saturation de sa boite « mail ».

LES SITES WEB

L’essentiel de la recherche se passe sur le web, à travers des millions de sites, à travers des milliards de pages contenant de l’information, textes ou images, sur tout : information commerciale, touristique, technique, historique, religieuse, philosophique, cartes routière, calcul d’itinéraire, musique et aussi hélas la pornographie qui pollue le net ainsi que diverses arnaques.... Comment naviguer dans tout cela, comment atteindre la bonne information sans être submergé par des pages et des pages inutiles ? Des robots (crawler) informatiques parcourent le Web et récoltent des pages sur des sites, en enregistrent et en indexent les mots, ils recueillent ainsi au jour le jour l’information et la stockent dans de gigantesques banques de données de mots reliés à des pages. Ces banques de données sont donc conçues pour être interrogées à partir de mots. Chaque banque de données a ses règles de mise à jour et de consultation, certaines informations ne sont pas accessibles (filtres) à tous. Des programmes (browsers ou navigateurs) , installés sur votre machines, permettent d’accéder à des moteurs de recherche qui eux-mêmes permettent d’interrroger les banques de données en question. Les principaux navigateurs sont Internet Explorer, Firefox, Netscape et Opera.

Les moteurs de recherche

Les moteurs de recherche (search engines) sont les logiciels qui permettent d’interroger les banques de données. L’utilisation de plusieurs moteurs de recherche, avec les mêmes critères, ne donnera pas les mêmes résultats chaque banque de données ne récoltant pas nécessairement les informations des mêmes sites. Il est donc parfois utile de consulter plusieurs moteurs de recherche. Les principaux sont : Google, le plus puissant, Ask Jeeves, un des plus ancien, Altavista et WebCrawler, HotBot, Excite, Voila, mais il en existe des centaines (voir Colossus, international directory of search engines) Les principes de recherche restent semblables, mais certains moteurs permettent l’utilisation des opérateurs booléens ; ET (AND), OU (OR), SAUF (NOT), d’autres pas.

Exemple d’utilisation des opérateurs booléens : AND, OR, NOT :
- Fleurs AND Pommiers donnera des renseignements sur les fleurs de pommier
- Fleurs OR Pommiers donnera des renseignements sur les fleurs et sur les pommiers

GOOGLE

Google donne sur son site les principes de base de la recherche sur Google :
- Au dessus de la fenêtre permettant d’inscrire sa requête, Google donne le choix entre différentes possibilités : recherche sur le Web (Web), recherche d’images (Images), recherche de groupe de discussion (Groupes), recherche d’annuaires (annuaires) ou recherche sur sa propre machine (desktop)
- Une requête est introduite sous forme de mots qui décrivent au mieux l’information recherchée. L’opérateur ET est automatiquement utilisé. Plus on met de mots, plus on restreint ou précise la recherche.
- Google ignore les termes sans grande signification à priori (le, la,http, ....) mais on peut forcer leur inclusion dans la recherche en les faisant précéder d’une espace vide suivi d’un +
- Dans une recherche sur Google, il ne sert à rien d’utiliser les « joker » (exemple : * ou ? pour remplacer une signe), de même il prend le mot tel qu’écrit, sans inclure le pluriel, le singulier ou le féminin du mot ( en jargon informtatique on dira que Google n’utilise pas la « lemmatisation »)
- Google ne tient pas compte de la casse (majuscules, minuscules)
- Pour rechercher une expression exacte on la place entre guillemets. On peut ainsi placer une phrase ou une expression que l’on veut trouver telle quelle dans les documents consultés.
- Google donne la possibilité de chercher dans tout le web, dans les pages en français ou dans les pages belges. Cela peut être utile dans le cas de renseignements dépendant de sources spécifiquement belges ( législation fédérale ou régionale par exemple).

Google donne alors, comme résultat, une série de liens vers des sites avec un petit exemple d’apparition des termes de la requête et l’adresse du site. En « cliquant » sur le lien, on accède aux pages contenant les mots ou expressions.

ALTAVISTA

On retrouve comme sur Google différents possibilités, matérialisées par des onglets : Web, Images, MP3 , Vidéo et un espace pour établir sa requête.

- Altavista ne distingue pas entre majuscules et minuscules, si on veut qu’il tienne compte des majuscules et respecte la casse, il faut placer le mot entre guillemets.
- Un mot avec accent est cherché tel quel, un mot sans accent retourne les occurrences du mot avec accent et sans accent.

Google, Altavista, Ask Jeeves, Webcrawler, Voila et les autres ont une option « recherche avancée ». Lorsque cette option est choisie, il apparaît un formulaire de recherche permettant l’utilisation des opérateurs booléens, une recherche limitée au x premiers résultats...

Les services offerts par les moteurs de recherche sont souvent plus larges dans la mesure où certains permettent de traduire des petits textes, d’effectuer un calcul ou de convertir des monnaies, mais cela n’intéresse pas la recherche.

Recommandations
- bien connaître et utiliser deux ou trois moteurs de recherche
- choisir soigneusement les mots clés les plus appropriés
- ne pas oublier que moins de mots signifie une recherche plus large, plus de mots signifie une recherche plus précise
- lorsque l’on trouve un site intéressant, dont on risque d’avoir besoin régulièrement, il est intéressant de le placer dans ses « signets » ou « bookmarks »
- une structuration de ses « signets » peut aider dans les recherches ultérieures : avec des rubriques : tourisme, itinéraires et cartes, horaires trains-bus,...

BIBLIOGRAPHIE

- Internet, aller plus loin par David Bosman Compétence Micro - Expérience - numéro 45 - dépôt légal : août 2005
- L’évaluation des informations sur Internet par Christiane De Craecker-Dussart dans : Athena - Région Wallonne - numéro 194 - 15 novembre 2003
- Comment accéder à l’information scientifique par Christian Vanden Berghen dans : Athena - numéro 200 - Mai 2004
- Comment rechercher l’information scientifique par Christian Vanden Berghen dans : Athena - numéro 208 - Février 2005
- Comment évaluer l’information par Christian Vanden Berghen dans : Athena - numéro 213 - Septembre 2005
- Guide Web, plus de 500 adresses utiles pour entreprendre en Wallonie , rédigé par Dynamisme Wallon.
- Guide à destination des utilisateurs d’Internet, rédigé par le Centre de Recherche et Droit pour le Ministère des Affaires Economiques

Sites à consulter :
- http://www.bibli.ulaval.ca/giri
- http://www.lesmoteursderecherche.com
- http://www.journaldunet.com/encyclopedie/definition
- http://www.rechercheinternet.ca/
- http://www.sciencepresse.qc.ca/recherche/TdM.html
- http://www.searchenginecolossus.com/

Paru sur le site de Énéo: http://www.ucp-asbl.be/spip.php?article265

 

 

 

 

Posté par badifran à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :